Qu’allons-nous pouvoir connecter demain?

07 Juil Qu’allons-nous pouvoir connecter demain?

C’est la question que s’est posée Emmanuelle Porret, consultante en innovation et design thinking, après l’édition 2015 de Futur en Seine. Elle nous livre ici les premiers contours du monde de demain vu par la French Touch.

Nos fleurs

Urban Potager vous propose de connecter votre potager à une lampe et une réserve d’eau pour que vous ayez des plantes toute l’année, même si :
1. vous n’avez pas la main verte
2. vous partez un mois en vacances l’été
3. vous êtes juste débordé
Le potager nouvelle génération calcule l’ensoleillement ambiant, adapte l’éclairage de sa lampe aux besoins de la plante et gère l’approvisionnement en eau par hydroponie. Tout cela bien sur commandé par une application qui vous envoie alertes et conseils.

Mais ce n’est pas tout. Les fleurs se mettent en réseau (elles aussi !) pour alerter sur le niveau de pollution. C’est ce que propose Ganymede, un projet porté par l’ESEIA : des capteurs à pollution dissimuIMG_3588_2lés sous la forme de fleurs aux quatre coins de la ville. La conscience de vivre dans un air pollué a ému les foules, surtout depuis qu’AirParif a décidé de ne plus nous mentir sur les niveaux de pollution réels en adoptant les normes européennes d’alerte. Depuis, nous croulons sous les alertes, surtout pendant la période de pollution printanière. On pourrait penser que ce nouveau réseau de mesure fait doublon avec ceux qui existent dans de nombreuses agglomérations. Mais la question d’une analyse fine de la pollution grâce à un maillage dense de capteurs a tout son intérêt. Elle peut être vitale pour les personnes à risque qui peuvent adapter leur itinéraire en fonction de zones moins polluées.

Ainsi dans le même esprit PlumeLabs propose une montre équipée de capteurs qui analyse le niveau personnel d’exposition à la pollution. Elle permet aussi de fournir une base de données open source sur la pollution qui peut ouvrir des voies de recherche sur les moyens d’éviter la pollution à un micro niveau comme les axes verts. Oui car quand on ouvre ses données, il en sort toujours de l’intelligence collective.

Notre porte

« Ouvre moi ta porte pour écrire un mot. ». Cette chanson enfantine prend tout son sens grâce à Postaccess, ce nouveau service de la Poste. Etendant aux particuliers un usage déjà répandu dans les hôtels avec les clés magnétiques activées sur des périodes données, Postaccess fournit une clé numérique à stocker dans un smartphone. Comment ca marche : vous envoyez une clé électronique à l’attention de la personne à qui vous souhaitez ouvrir la porte et son smartphone communique cette clé au boitier installé sur votre serrure. Pourquoi c’est bien ? Pour ouvrir au plombier qui ne peut passer qu’entre 9h et 16h (juste au moment où vous travaillez, c’est ballot), pour ouvrir aux vacanciers à qui on a loué sa maison secondaire, mais aussi pour tous ceux qui perdent leurs clés. Finies les heures d’angoisse à trouver des plans B lorsque, planté devant sa porte, on s’aperçoit qu’on n’a pas ses clés. Attention pour les étourdis, plus de batterie = plus de clé !

Notre coeur

Je ne vais pas vous parler d’une énième montre connectée qui enregistre votre rythme cardiaque. Non, je vais vous parler de la désertification des campagnes par les médecins, qui elle est un vrai problème. Alors que nombre de médecins généralistes peinent à remplir leur consultation dans les grandes villes, la capacité à se connecter à des instruments d’auscultation permettra la généralisation de la médecine à distance. La Ville Santé (qui porte mal son nom puisqu’on parle de campagne il me semble) est un projet porté par H4D autour d’un écosystème de relais santé. Qu’est-ce qu’un relais santé ? C’est une cabine équipée d’instruments comme chez le médecin. Vous vous installez et un tutoriel vidéo vous aide à utiliser chaque capteur pour mesurer vos constantes : poids, taille, tension, température. En téléconsultation, le médecin prend la main et vous guide pour utiliser le stéthoscope, l’otoscope, le dermatoscope et l’électrocardiogramme dont il analyse les données grâce à une grande qualité de transmission. Alors pour se faire un bilan de santé à 5 euros en télésurveillance, c’est ludique. Et pour sauver une vie, c’est bien aussi.

Notre cerveau

Notre cerveau, dont la cartographie est en train d’être décryptée grâce aux progrès de l’imagerie médicale, émet des ondes électriques. Nous le savons maintenant, qui dit ondes dit danger (joke). Sérieusement (car c’est un programme développé avec la Pitié Salpétrière), Melomind vous propose de capter, au moyen d’un élégant casque connecté à une application, les ondes de stress de votre cerveau. L’application va analyser vos ondes, définir votre niveau de stress et vous proposer un programme d’entraînement pour le réduire. La bonne nouvelle est que  :
1. on ne vous fait pas écouter en boucle la Petite Musique de Nuit ni des gongs zen comme dans les massages des hammams mais un vrai voyage auditif crée par des designers sonores
2. plus votre cerveau s’entraîne moins il est stressé.

melomind
Votre cerveau saura ensuite se mettre en mode déconnecté (lui)…et produira moins de stress et donc moins d’onde etc… Ceci n’est pas sans me rappeler Levitation, le dispositif artistique présenté par David Guez, pendant l’évènement « Brainstorm » Quand la réalité virtuelle bouge les lignes du réel au Lab de l’Institut Culturel de Google le 5 mai dernier. David Guez part du postulat qu’à force de s’entraîner à léviter dans le monde virtuel, on développe des schémas neuronaux pour le faire dans le monde réel. Il propose donc Levitation, un dispositif visant à modifier certaines capacités cognitives humaines par immersion dans un espace en 3D virtuel hyper réaliste où on peut s’entraîner à léviter.

Mamie

Enfin on ne connecte pas Mamie, mais sa maison. Ou plutôt l’avatar de Mamie dans sa maison. L’avatar de Mamie, c’est ce qu’une application reliée à un réseau de capteurs de mouvements dans la maison aura modélisé de la vie de Mamie pendant les quatre semaines d’espionnage de Mamie (il faut des capteurs un peu partout, même aux toilettes je pense). L’avatar de Mamie se lève tous les jours à 9h, passe 15 minutes aux toilettes, mange à midi et sort quatre fois par jour. Dès que Mamie ne réagit plus comme son avatar, par exemple si Mamie ne sort pas ou n’est pas levée à 11 heures, une application envoie un message d’alerte. C’est bien pour les gens très anxieux qui vont devenir encore plus anxieux. Ma première question était : peut-on communiquer avec Mamie ou la voir dans ce cas-là ? Réponse : non ce serait trop IN-TRU-SIF ! Vous voulez dire, on peut espionner Mamie comme un hamster dans sa cage, mais pas lui parler ?

Pour conclure, j’aimerais aussi un casque connecté à mon cerveau (après qu’il soit totalement détendu et sans onde néfaste) et qui me permette depuis la salle de bains où je donne le bain aux enfants (totalement détendue toujours…) de commander le niveau de cuisson de la plaque à induction (le riz ayant une fâcheuse tendance à déborder dès que j’ai le dos tourné car, trop pressée, j’ai mis le thermostat à fond ). Cela m’évitera d’avoir à faire léviter la casserole (mon entrainement est en cours) qui aura débordé sur la plaque qui se sera automatiquement éteinte en émettant des bips d’alerte à n’en plus finir comme si un tsunami arrivait. A moins que je n’envoie le robot le faire ?